Abilio Diniz - São Paulo - État de São Paulo, Brasil | about.me
05 Jul 2017

Abilio Diniz - São Paulo - État de São Paulo, Brasil | about.me

Actualités travail

Au milieu des années 50, Abilio Diniz (Aller sur le site internet About de Abilio Diniz) entre dans une école de management dans sa ville natale, d’où il ressort diplômé. C'est lors de la crise économique de 1929 que sa famille, d’origine portugaise, part pour le Brésil. Abilio Diniz entend parfaire ses connaissances en économie aux Etats-Unis.

Le partenariat avec Casino, un chapitre inachevé

A l'automne 2013, un accord conclu avec le groupe Casino donne la possibilité à Abilio Diniz de ne plus être soumis à la clause de non-concurrence et de pouvoir faire des affaires dans tous les secteurs économiques. Le recul de la Banque Brésilienne de Développement mais aussi le barrage de Jean-Charles Naouri, le PDG de Casino, feront échouer la fusion de Carrefour Brésil avec GPA. Abilio Diniz revend 1 Mi$ d’actions au groupe Casino. Jean-Charles Naouri, le président directeur général de Casino, est censé prendre la tête du Grupo Pão de Açúcar sept années plus tard. Le groupe GPA affronte la rivalité du Français Carrefour au Brésil. Il renoue avec sa stabilité financière juste après la crise économique et commence à parler de partenariat avec Casino.

A la toute fin des années 1950, Abilio Diniz inaugure la première grande surface du groupe Pão de Açúcar. Une dizaine d’années plus tard, le groupe regroupe 40 magasins et mille quatre cents employés Son père a ouvert sa toute première boulangerie sur un boulevard très connu de Sao Paulo. À la fin des années 1950, le père d’Abilio Diniz prend conscience que l’avenir du commerce se jouera avec les supermarchés.

Le retour sur le marché de la grande distribution au Brésil

En avril 2013, Abilio Diniz prend la tête du conseil d’administration du géant de l’agroalimentaire Brasil Foods (BRF). Appuyé par un associé de choix, il retrouve le secteur de la distribution brésilienne à soixante dix-huit ans. Abilio Diniz s'occupe de BRF et cherche de nouvelles perspectives d’investissement depuis son départ du groupe Pão de Açúcar.

Abilio Diniz, un chef d'entreprise qui a traversé les difficultés

Abilio Diniz élabore un plan de sauvetage sévère permettant de préserver le groupe, qui ferme un tiers des supermarchés, licencie vingt mille employés et cède les activités qu'il possède dans la péninsule ibérique. un groupuscule "d'extrême gauche" kidnappe le chef d'entreprise durant de l'élection présidentielle de 1989. Délivré au bout d'une semaine, l’homme restera affecté à vie par cette expérience. Il ouvre le capital du groupe Pão de Açúcar en 1995. L'homme d'affaires attaque alors une phase d'achats de sociétés qui fera du groupe le chef de file de la commercialisation au Brésil. Au début des années 1990, en pleine crise économique, le Grupo Pão de Açúcar géré par Abilio Diniz affronte de graves complications financières.