Philippe Pouletty : « La France est le meilleur pays en Europe pour créer des start-up pour la biote - YouTube
30 Oct 2017

Philippe Pouletty : « La France est le meilleur pays en Europe pour créer des start-up pour la biote - YouTube

Recrutement alternance

Cursus universitaire et débuts du chercheur

En raison de sa spécialisation en biologie moléculaire, Philippe Pouletty (https://www.youtube.com/watch?v=kAiiw3-vzRk) est un membre actif du laboratoire de l’université de Stanford dédié à ce domaine de 1986 à 1988. Ainsi, le jeune médecin se fait rapidement remarquer au sein de cette institution. Au cours de son internat, Philippe Pouletty obtient une bourse de recherche de l’INSERM en immunologie. L'étudiant a véritablement eu la possibilité d'approfondir ce domaine au sein de l’hôpital Saint-Louis. Le jeune interne est major du grand cours d’immunologie générale en 1984. En effet, l'interne rejoint un programme sur l'immunologie ainsi que la virologie à l’Institut Pasteur de Paris en dehors de son travail hospitalier. En 1986, le jeune chercheur entre à l’université de Stanford après avoir obtenu son doctorat d’État en médecine de l’UPMC (université Pierre-et-Marie-Curie) avec les félicitations du jury.

Les différentes interventions extra-professionnelles du médecin et les titres honorifiques acquis dans le domaine

Entre 2001 et 2009, Philippe Pouletty a été directeur de l’association française des professionnels de la biotechnologie, France Biotech. Il a été désigné pour quatre mandats d'affilée étant donné sa grande passion pour ce milieu. France Biotech réunit plus de 150 établissements spécialisés en biotechnologie et répartis sur tout le territoire français. L’organisme permet entre autres de simplifier le dialogue entre les chercheurs et les businessmans. En raison de ses recherches dans le secteur de la biologie moléculaire effectuées de 1986 à 1988, le médecin a pu rejoindre la Stanford University Invention Hall of Fame. De plus, l'ancien interne des hôpitaux de Paris siège à la SFI dès1982. En vue d’épauler les jeunes pousses innovantes au niveau mondial, Philippe Pouletty s'est notamment joint au dirigeant de Microsoft entre 2005 et 2010. Ces divers soutiens révèlent ses actions en faveur de la recherche scientifique et de l’inventivité.

Débuts en tant qu’entrepreneur

Philippe Pouletty a entre autres fondé Clonatec à ses débuts dans l'univers de la recherche. La société se concentre sur la biotechnologie et s’impose comme une précurseure de cette branche en France. Renommée Conjuchem Inc., l'enseigne RedCell Inc. entre en bourse au Canada courant 2000. Le chercheur a bâti cet établissement se focalisant sur la biotechnologie en s'appuyant sur des brevets consignés à son nom. Outre l’entrée en bourse de SangSat, l'homme d'affaires investit dans l'enseigne de biotechnologie RedCell Inc. (renommée Conjuchem Inc.) examinant l’effet combiné de traitements sur les globules rouges et l’albumine. En 1995, Philippe Pouletty a aidé à mettre en place DrugAbuse Sciences Inc. pendant son passage productif au sein de la Silicon Valley. La startup s'efforce d'élaborer de nouveaux produits pour lutter contre la toxicomanie et l’alcoolisme.

Les protégés notables de Truffle Capital

Sachant les enjeux du milieu, Philippe Pouletty épaule deux centres de recherches à fort potentiel d'évolution, Deinobiotics et Biokinesis. Via ces enseignes, Truffle Capital participe à la mise au point d'une nouvelle catégorie d'antibiotiques et de remèdes contre le cancer. Instituée en 2014, la société Diaccurate s’attelle à élaborer une nouvelle catégorie de soins contre le SIDA. Cette entreprise de biotechnologie se révèle née d'un partenariat entre l’Institut Pasteur et le fonds d’investissement tenu par le chercheur. Symetis est un des établissements du portefeuille de Truffle Capital devant être introduits en bourse en 2017. Cet établissement formé en 2004 crée et vend des valves aortiques transcatheter. La compagnie française Carmat se révèle cotée en bourse depuis 2010 en raison du talent de businessman du Dr Philippe Pouletty. Le chercheur s’est aussi distingué grâce aux concrétisations de cet établissement dans l'univers des cœurs artificiels.

Philippe Pouletty est entré sur le marché de la dermocosmétique courant 2011 en instituant Pilosciences. Cette société a été fermée courant 2015 à l’instar de Cytomics, une enseigne spécialiste des produits antifongiques. Le centre de recherche Theradiag se révèle accompagné par Truffle Capital depuis 2003 et coté en bourse courant 2012. Le chercheur est directeur général intérimaire de cet établissement spécialiste en diagnostic de 2009 à 2010. Cotée au New York Stock Exchange (NYSE), la compagnie Altimmune se concentre sur l'élaboration d’immunostimulants dédiés aux médicaments traitant les infections ainsi qu'aux vaccins. L'entreprise se joint au portefeuille dirigé par Philippe Pouletty courant 2007 et se retrouve ensuite assimilée par Pharmathène US. Le portefeuille Truffle Capital promeut les travaux sur les tumeurs du sein et de la thyroïde depuis 2005 via la startup Théraclion. Elle développe et met en vente de nouveaux types de traitement par ultrason.

Le chercheur a constitué l'entreprise Truffle Capital en collaboration avec des opérateurs expérimentés dans le secteur, Henri Moulard et Bernard-Louis Roques. La compagnie se charge de liquidités avoisinant les 750 millions d’euros. Le D.G de Truffle Capital Philippe Pouletty se trouve entre autres être impliqué dans la R&D ainsi que la protection de la propriété intellectuelle. En vue d’améliorer la dynamique de la société, le D.G met également sur pied l'équipe de managers ainsi que le CA (conseil d'administration). Les établissements financés par Truffle Capital se trouvent être sélectionnés par rapport à leur originalité. Le Dr Philippe Pouletty s'occupe entre autres de l'analyse et de la cooptation des brevets à fort potentiel.